COMME SI C’ETAIT HIER

La résistance belge sauva plus de 4000 enfants juifs pendant l’occupation nazie. Le film est construit autour de témoignages de certains de ces résistants et de ceux qui furent ces enfants.

Comment plusieurs milliers d’enfants juifs ont-ils pu échapper à la déportation et à l’extermination pendant l’occupation nazie de la Belgique? Chaque vie sauvée a son histoire. Le film retrace la solidarité qui s’est développée dans la population belge à travers les témoignages de ceux qui ont caché, placé ou aidé les enfants pourchassés, parfois au risque de leur propre vie. Témoignages aussi de ceux qui étaient ces enfants et qui aujourd’hui, racontent…

Deuxième Guerre Mondiale – résistance – enfance – Shoah


L’avis d’IMAJ, par Mendel Goldstein

Ce documentaire met en lumière comment quelque 4.000 enfants juifs ont pu échapper à « la solution finale » grâce à un réseau de solidarité qui s’est développé à travers la population belge dans une mesure plus importante, proportionnellement, que dans d’autres pays conquis par les nazis. C’est un classique qui montre la résilience à l’œuvre dès le début du traumatisme.
Il recueille les témoignages de personnes qui ont placé, caché ou aidé des enfants juifs pendant l’occupation allemande de la Belgique et donne la parole aux enfants concernés, lesquels ont par ailleurs souvent gardé des liens avec la famille de leur sauveurs.
Le film, réalisé par des enfants d’enfants cachés, permet de mieux comprendre les motivations des « justes » issus de milieux très divers et fournit des renseignements sur l’organisation des différentes filières mises en places pour sauver plusieurs milliers de jeunes juifs de la déportation.
Sont retrouvés et interrogés des protagonistes de ce chapitre dramatique de l’occupation nazie à une période où la question des enfants cachés n’avait pas encore reçu la même attention qu’après le grand rassemblement de New York, dans les années 1990. Ce film est même celui où est formulé la première fois la notion d’enfant caché.
Il ressort des entretiens que dans une phase initiale, les sauveurs avaient agi surtout à titre individuel ou dans le cadre de leur fonctions (instituteurs, travailleurs sociaux) tandis que peu après que les rafles ont commencé en août 1942, une organisation clandestine créée spécialement à cet effet (au sein du CDJ, le Comité de défense des Juifs) a pris la relève. Pratiquement tous ceux qui ont participé au sauvetage affirment l’avoir fait par conscience, pour des raisons humanitaires ainsi que par « fierté », sinon par résistance à l’égard de l’occupant, malgré les risques encourus.
Les témoignages de personnalités comme Maurice Heiber, responsable de la section « enfance » du CDJ (ainsi qu’au sein de l’AJB, l’Association des Juifs en Belgique officielle qui lui servait de couverture), Yvonne Jospa, une fondatrice de cette structure, ou Yvonne Nèvejean, directrice de l’ONE (l’œuvre nationale de l’enfance ), fournissent de précieuses précisions sur l’organisation du sauvetage des enfants (séparation d’avec les parents, répartition des enfants dans les lieux d’accueil, système de carnets codés, consignes à respecter, financement, carnets de ravitaillement, etc.). « Chaque vie a son histoire ». Ainsi, le film se clôt sur la parole d’enfants cachés devenus adultes, tels que Willy Bok, Jerry Rubin, ou encore Betty Kichelmacher au sourire déchirant qui racontent. On assiste à une rencontre émouvante entre Jerry et Andrée Geulen qui avait été chargée de son placement. Quant à Willy Bok, lui et sa sœur ont eu la chance d’être adoptés en 1942 par les époux Jadot. Tel n’était pas le cas de tous les enfants, les plus jeunes placés dans des familles, comme les plus âgés, ont eu plus d’une fois le sentiment d’avoir des « parents » qui usurpaient la place de ceux qu’ils avaient perdus.. D’autres se plaignent de ne pas avoir été suivis suffisamment par les organismes de placement dans les institutions (couvents ou autres), ce qui augmentait leur impression d’abandon.
Ce film, pionnier, est devenu une référence en la matière.

Mendel Goldstein

Trailer / Extrait

Disponibilité du film

Contactez-nous par mail à info@imaj.be ou par téléphone au 02 344 86 69 pour connaître la disponibilité de ce film.