ECHO

Un couple âgé effectue un voyage en train, dont on ignore la destination. Elle est aveugle, lui sourd. L’environnement visuel et sonore leur évoque, comme par écho, une période de la vie durant laquelle ils ont été physiquement et psychologiquement mutilés.


L’avis d’IMAJ, par IMAJ

ECHO est l’histoire de deux survivants de la Shoah : Amalia et Théo. Elle y perdit la vue, Théo perdit l’ouïe suite aux expérimentations nazies. « J’ai oublié tous les visages sauf le tien » lui dit-elle lorsqu’ils se retrouvent bien des années après. C’est bien le souvenir du dernier visage, le son de la dernière voix qui les aida chacun à tenir. C’est dire … Puis, la guerre est finie, Théo retrouve l’audition, « l’opération a réussi »…. mais les mémoires traumatiques continuent de se tisser, d’un homme à l’autre, d’un génocide à l’autre alors qu’il entraperçoit un mutilé du Rwanda dans la salle d’urgence de l’hôpital qui le libère de sa surdité.
J’ai dit : « Je ne me souviens pas », et pourtant je me souviens de milliers de détails. Il suffit parfois de l’odeur d’un plat, de l’humidité des chaussures ou d’un bruit soudain pour me ramener au plus profond de la guerre, et il me semble alors qu’elle n’a pas pris fin, qu’elle s’est poursuivie à mon insu, et à présent que l’on m’a réveillé, je sais que depuis qu’elle a commencé elle n’a pas connu d’interruption. » Ces quelques lignes extraites de « Histoire d’une vie » d’Aharon Appelfeld suffisent à dire ce dont parle ce court-métrage où en quelques plans, Frédéric Roullier-Gall nous entraine vers le lieu très intime de la mémoire traumatique.
Réseau de sensations et de résonances souvent sonores qui viennent arracher le survivant au présent mais où paradoxalement aussi s’est ancré sa résistance, ce lieu où les mots n’ont plus le même sens, où tous les détails de la vie normale deviennent réminiscence de la brutalité vécue.

Disponibilité du film

Contactez-nous par mail à info@imaj.be ou par téléphone au 02 344 86 69 pour connaître la disponibilité de ce film.