film

ZWARTBOEK (Black Book)

Titre Original ZWARTBOEK
Titre traduit Black Book
Réalisateur
Distribution
Production
Année 2006
Format DVD
Durée 140′
Langue Néerl.
Musique
Distinction
Interprètes Carice Van Houten, Sebastian Koch, Thom Hoffman
Résumé La Haye, sous l’occupation allemande. Lorsque sa cachette est détruite par une bombe, la belle chanteuse Rachel Stein tente, avec un groupe de Juifs, de gagner la Hollande Méridionale, déjà  libérée. Mais une patrouille allemande les intercepte dans le delta du Biesboch. Tous les réfugiés sont abattus ; seule Rachel échappe au massacre. Elle rejoint alors la Résistance et, sous le nom d’Ellis de Vries, parvient à  infiltrer le Service de Renseignements allemand et à se lier avec l’officier. Séduit, celui-ci lui offre un emploi…
Diffusion
Droit 0
Festival Ventura County JFF 2019
Genre Fiction / Inconnu
Auteur du Commentaire Jack P. Mener
Commentaire d’Imaj Jeune Juive hollandaise, Rachel (Carice Van Houten) échappe par miracle au massacre de sa famille et est récupérée par la Résistance qui va l’utiliser comme espionne pour infiltrer le service des renseignements allemands du pays. Le nom du réalisateur néerlandais Paul Verhoeven, aujourd’hui âgé de 80 ans, est à lui seul une solide référence cinématographique. À son palmarès, des blockbusters planétaires comme Robocop (1987), Total Recall (1990), Basic Instinct (1992), Showgirls (1995), ou Hollow Man (2000) qui lui ont valu le surnom de Hollandais violent. Tous ont été tournés aux Etats-Unis. Avec Black Book, Verhoeven retourne à ses origines, aux Pays-Bas, pour réaliser un projet qu’il mûrissait depuis plus de 20 ans avec son compatriote scénariste Gerard Soeteman. Le sujet est tout différent de ses films à succès, mais le style, le savoir-faire et les obsessions du réalisateur hollandais se retrouvent dans cette fiction-témoignage qui se déroule à La Haye en 1944 dans les milieux de la Résistance sous l’Occupation nazie. Le titre se réfère à un carnet noir (qui aurait effectivement existé) où se trouvaient consignés les noms de Juifs sauvés par la Résistance. Mais il joue un rôle mineur dans l’intrigue complexe du film, à la manière d’un McGuffin (gadget) chez Alfred Hitchcock, un mystérieux accessoire, prétexte à faire avancer l’histoire. Tout le film est un long flash-back où, aujourd’hui installée dans un kibboutz en bord de la Mer Morte, Rachel est rattrapée dans sa résilience par ses souvenirs de guerre. Jeune Juive hollandaise, Rachel (Carice Van Houten) échappe par miracle au massacre de sa famille et d’autres fugitifs et est récupérée par la Résistance qui va l’utiliser comme espionne pour infiltrer le service des renseignements allemands du pays. Dans sa mission, elle s’éprend du capitaine SS Ludwig Müntze (Sebastian Koch) mais ils sont mystérieusement démasqués et tout le réseau va périr. Rachel va être soupçonnée mais après bien des péripéties elle découvrira à la Libération qui les a trahis et pourquoi. Le film qui dure près de deux heures et demie est magistralement mis en scène, remarquablement interprété avec des reconstitutions historiques de décors et des scènes de foule impressionnantes. Il tient en haleine d’un bout à l’autre d’un scénario inventif mené tambour battant avec de nombreux rebondissements et de surprenants retournements de situation. Il brosse surtout un tableau réaliste et sans concession fort bien documenté sur les péripéties de la Résistance hollandaise avec ses doutes, ses contradictions, ses rivalités, ses erreurs et ses actes d’héroïsme le plus souvent chèrement payés. La Shoah en revanche et la décimation de près de 90 pour cent de la population juive des Pays-Bas n’y sont pas directement évoquées. Fidèle à sa réputation de réalisateur sans tabous, pour pimenter à sa façon l’histoire, Paul Verhoeven n’a pas hésité à recourir, comme souvent dans son œuvre, à d’audacieuses scènes de sexe et de franche nudité qui risquent de heurter des spectateurs non avertis et de jeunes auditoires dans un film où la guerre, l’amour, l’extermination des Juifs et l’Histoire sont rarement entrelacés de façon aussi libre. Par souci d’authenticité, Paul Verhoeven a tenu à ce que Black Book soit tourné aux Pays-Bas et interprété par des acteurs hollandais et allemands. En conséquence, le DVD ne comporte que la version originale en néerlandais avec sous-titres en anglais. Sur les grands écrans, le film a attiré en Hollande un record de 900.000 spectateurs. Résistance – Persécution des Juifs – Occupation nazie – Trahisons – Résilience

Contactez-nous par mail à info@imaj.be ou par téléphone au 02 344 86 69 pour connaître la disponibilité de ce film.