SURVIVRE À SHANGHAÏ

Survivre à Shanghaï, de Diane Perelsztejn

Documentaire, 95’, 1990, Belgique

Ce documentaire très intéressant retrace l’histoire de quelques milliers de Juifs qui ayant fui les persécutions nazies en Europe trouvèrent refuge à Shanghai avec l’aide d’un juste des nations, le Consul japonais en Lithuanie, Sugihara.

Le film nous fait revivre le long exode de ces Juifs à travers l’Union Soviétique et le Japon ainsi que leur séjour à Shanghai, endroit où nul visa d’entrée était exigé. Sont filmés des endroits où les réfugiés sont passés. Sur le fond de documents d’archive et de témoignages, le documentaire évoque d’abord la situation de Juifs émigrés à Vilnius qui réussissent à obtenir des visas de transit par l’URSS et d’entrée au Japon grâce au consul japonais Chiune SUGIHARA à Kovno. Ce dernier émet des milliers de visas en ignorant les instructions contraires de ses autorités. Divers témoins racontent par la suite en hébreu, yiddish et français leur longue traversée de l’Union Soviétique et leur accueil au Japon par le Comité juif de Kobe. La dernière partie du film retrace la situation de ces émigrés à Shanghai qui tout en faisant face à des conditions précaires de pauvreté et de malnutrition dans le ghetto de Hongkew parviennent à organiser des activités culturelles et éducatives.

Le mérite de ce documentaire consiste à retracer de manière très vivante un des chapitres les moins connus du sauvetage de Juifs européens des persécutions nazies. Il convient de rappeler que grâce à son statut particulier et le courage de quelques personnalités comme le juste Sugihara et le Comité juif de Kobe, Shanghai a pu accueillir plus de réfugiés juifs que le Canada, l’Australie, la Nouvelle Zélande, l’Inde et l’Afrique du Sud ensemble. Le film contient des images d’archive rares tels que ceux du ghetto de Hongkew ainsi qu’une série d’interviews émouvants dont ceux avec la veuve du consul japonais et avec le futur ministre israélien Wahrhaftig. Les témoins sont choisis dans la mesure où ils proviennent de milieux différents et permettent de couvrir divers aspects de cet exode. Suite à l’occupation japonaise de la Chine, les réfugiés quittèrent Shanghai à la recherche d’un nouveau foyer dans divers parties du monde.

Mendel Goldstein

Cf. aussi Sugihara, conspiracy of kindness, de Robert Kirk, USA-Japon, 1h25, compte rendu dans  DVD News n°1