NUIT ET BROUILLARD

Resnais filme le camp de concentration d’Auschwitz au pr�sent sur un texte de Jean Cayrol, en 1955. Nuit et brouillard d�signait les d�port�s qu’on faisait dispara�tre sans laisser de traces.
A l’aide de documents d’archives, le r�alisateur retrace le lent calvaire des d�port�s.
Le DVD est accompagn� d’un livre descriptif.

Deuxi�me guerre mondiale – camp.


L’avis d’IMAJ, par Adolphe Nysenholc

Nuit et Brouillard est rest� longtemps dans la conscience collective le film du g�nocide . Mais il n�a pas cess� d��tre l�objet de critiques. C�est contre lui que s�est construit Shoah, notamment par le refus des images d�archives.
Le th�me de la recherche � travers de rares vestiges et la question : �Recherche de quoi ?� introduisent en outre une incertitude, le probl�me de l�oubli, la difficult� de perp�tuer le souvenir de ce qui n�existe plus, et du danger � cause de cela de ne pouvoir faire face � une nouvelle mont�e des p�rils.
Avant Lanzmann qui conduit ses t�moins sur les lieux du crime, Resnais y m�ne Cayrol, qui a connu les camps. L�originalit� de Lanzmann est d�avoir choisi des prisonniers qui ont assist� de visu � l�op�ration d��limination des gens, puisqu�ils avaient �t� s�lectionn�s pour travailler dans les chambres � gaz, de les avoir retrouv�s aux quatre coins de la terre. Mais, sans Nuit et Brouillard, Shoah n�aurait pu se contenter de r�cits oraux. Les paroles chez Lanzmann �voquent n�cessairement les images de Nuit et Brouillard. Le r�cit de Bomba, le coiffeur de dames dans la chambre � gaz de Treblinka, prend toute sa signification du fait qu�on a vu la mer de cheveux dans Nuit et Brouillard, les photos de femmes tondues, les corps nus de celles qui attendaient avant une action sp�ciale. Resnais emp�che Lanzmann d��tre abstrait. Il n�y a pas de film total de la shoah. L�un compl�te l�autre. La multiplicit� des points de vue enrichit notre connaissance du ph�nom�ne.
Lire plus dans l�article :
Nuit et Brouillard
D�fense et illustration d’Adolphe Nysenholc
(Paru en ouverture du n� sur Alain Resnais, dans Contre Bande, revue cin�matographique de l�Universit� de Paris I � Panth�on-Sorbonne, 9, Paris, 2003.)

Trailer / Extrait