2 ODER 3 DINGE ICH VON IHM WEISS – 2 ou 3 choses que je sais de lui

Quel rôle Hanns Ludin, nazi convaincu, a-t-il joué dans la mise en oeuvre de la solution finale ?

Soixante ans après, son fils, Malte Ludin, revient sur une histoire familiale qui ne passe pas.

Hanns Ludin, militaire sous la République de Weimar, commence à faire parler de lui en conspirant en faveur de Hitler. Après 1933, il monte rapidement en grade et devient Obergruppenführer dans la SS, l’équivalent de général d’armée. Il est décoré de l’Ordre du sang (Blutorden) et reçoit de nombreux insignes honorifiques de l’État nazi.

En 1941, Hitler l’envoie en Slovaquie, placée sous « protectorat », en qualité de ministre plénipotentiaire. Il est notamment chargé d’y mettre en oeuvre la solution finale. Après la guerre, les Américains livrent Hanns Ludin à la Tchécoslovaquie.

En 1947, il est jugé comme criminel de guerre, condamné à mort et exécuté.

Partant de ces faits, Malte Ludin explore les légendes qui circulent dans sa famille sur ce nazi qui est aussi son père et tente de démêler le vrai du faux. Hanns Ludin était-il aussi coupable que la justice l’a prétendu ou avait-il obéi à des ordres dont il ignorait la finalité, comme l’affirment certains des siens ?

Le documentaire montre à la fois une quête sincère de la vérité et la difficulté de vivre avec. Sa diffusion en salles a donné lieu à de nombreux débats prouvant, si besoin en était, que le passé récent de l’Allemagne est loin d’être digéré.


L’avis d’IMAJ, par Jack Mener

Audacieuse et brillante enquête filmée du fils d’un criminel nazi, réalisée 60 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. A l’aide de documents écrits, de photos et d’archives, le réalisateur découvre comment son père, Hanns Ludin, officier de la Wehrmacht, enrôlé en 1933 auprès des SA va rapidement grimper les échelons de l’organisation nazie jusqu’à gagner la confiance de Hitler et son état-major. Envoyé en 1941 comme Ministre plénipotentiaire du Grand Reich allemand dans le Protectorat de Slovaquie, ce bon père de famille y participera directement à la mise en place de la Solution finale et à l’extermination des Juifs et des Tsiganes. Livré à la libération par les Américains à la Tchécoslovaquie, il sera condamné à mort en 1947 et exécuté.
Malte, le plus jeune des 6 enfants de Hanns Ludin, désormais adulte, va impitoyablement interroger sa mère, ses sœurs et frère aînés, pour traquer la vérité et apprendre de leur bouche, ce qu’ils savaient exactement des crimes commis par leur père pendant leur enfance. Confrontés aux preuves irréfutables que Malte découvre progressivement et leur met sous les yeux, certains confessent leur gêne, d’autres nient jusqu’au bout l’évidence, tous gardent de leur père l’image d’un homme strict mais affectueux, bon père et bon mari. A quoi bon remuer tout ça, lui reproche-t-on.
Au fur et à mesure que Malte progresse dans son enquête, rencontre la résistance des siens à l’éclatement de la vérité, dévoile le Dr Jekyll et Mr Hyde que fut leur père, le vernis confortable du silence craque et révèle les traumatismes profonds laissés chez chacun par l’horreur d’un passé non assumé.
Réalisation soignée, montage travaillé, images parfois étonnement léchées, ce documentaire aborde un aspect rarement évoqué de la Shoah : les ineffaçables traces du Mal laissées dans le subconscient des enfants du Reich.
Jack P. Mener