film

A MON PERE RESISTANT (A mon père résistant . Régine Orfinger, le deuil et le secret)

Titre Original A MON PERE RESISTANT
Titre traduit A mon père résistant . Régine Orfinger, le deuil et le secret
Réalisateur DARTEVELLE
André
DUHEN, Marcel
Distribution WIP (Wallonie Image Production)
Production Dérives
RTBF
WIP
Année 1995
Format DVD
Durée 70′
Langue Fr.
Musique Gabriel Fauré, Jean-Sébastien Bach
Distinction
Interprètes
Résumé Régine Orfinger est aujourd’hui, à 84 ans (en ’94), une avocate de renom qui exerce encore. Elle nous raconte l’engagement dans la Résistance de son mari, ingénieur, issu de la grande bourgeoisie, et de ses camarades de promotion, des intellectuels communistes, dès 1941. Elle-même a accompli une véritable carrière de résistante, de 1940 à la Libération, comme “courrière” de l’Etat-Major des Partisans. Après la mort de son mari, fusillé en février 44, elle devint l’une des rares femmes à devenir commandant d’une section de partisans, dans la région de Namur. A la Libération, Régine reprend sa fonction d’avocate et défend les mêmes causes: la défense des victimes juives, l’égalité des droits pour les femmes, la défense des immigrés et des réfugiés. Paul Nothomb est également évoqué: il s’agit de l’ancien dirigeant de l’appareil militaire du parti communiste. Il est devenu un écrivain renommé après la guerre et il s’est longuement expliqué sur les circonstances qui l’ont poussé à “collaborer” avec la Gestapo, au cours de la traque contre les Partisans de juillet 43. Son témoignage et celui de Régine situent bien l’inévitable tragédie que constitue l’histoire de la Résistance Armée contre la terreur nazie. Elle est jalonnée de morts, de souffrances, de vies brisées. Deuxième guerre mondiale – résistance – témoignage.
Diffusion
Droit 0
Festival
Genre
Auteur du Commentaire Jack P. Mener
Commentaire d’Imaj Cet épisode, consacré au résistant Marcel Duhen fait partie d’une série consacrée en 1995 par le documentariste André Dartevelle sur un scénario rédigé avec Henri Orfinger, à la mémoire de la résistance armée en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale. Fils du résistant antinazi Edmond Dartevelle, torturé au siège de la Gestapo du 347 avenue Louise et prématurément décédé en 1954 quand lui-même avait 12 ans, il deviendra après des études d’historien, grand reporter à la RTBF, puis réalisateur indépendant. C’est à l’occasion des commémorations du cinquantenaire de la fin de la guerre qu’il se décide à retrouver les traces du parcours de résistant de son père et de ses amis de réseau qui habitaient la commune de Watermael-Boitsfort, comme Ignace Lapiower, Régine Orfinger ou Paul Nothomb, auxquels André Dartevelle a consacré les autres épisodes de Mon Père Résistant. Marcel Duhen faisait partie de ce réseau et se confie ici à la caméra du cinéaste qui a enregistré également les témoignages de sa fille et de son fils, d’où le titre du film. Dans la tradition des reportages télévisés inaugurés à l’époque par des émissions comme Neuf millions neuf, Strip-tease et autres, le réalisateur s’efface pour donner toute la place aux propos des interviewés et à des plans d’ambiance du milieu dans lequel ils vivent. Entré en résistance en 1943 par ses contacts avec des partisans communistes de Watermael-Boitsfort, il a alors 18 ans et l’Université étant fermée, il suit comme beaucoup d’autres étudiants des cours clandestins et participe d’abord à l’impression de journaux clandestins. Il est ensuite initié au maniement des armes et explosifs. Pour des mesures de sécurité les contacts sont limités à 3 personnes : le chef et deux membres du réseau. Il en résulte, confie-t-il, un grand sentiment de solitude mais aussi de solidarité. Les rendez-vous pour des opérations devaient être fixés à heure précise et toujours dans des espaces dégagés pour mieux voir le danger d’être repérés et pouvoir fuir. Des habitants du quartier des cités-jardins du Logis et de Floréal à Watermael-Boitsfort, comme Paule Achten qui témoigne longuement elle aussi, logeaient les résistants et cachaient armes et munitions. Le 15 juin 1943, se souvient Marcel Duhen, son réseau décide de transporter en tram dans des sacs une partie de cet arsenal vers la Place Keym. Ils se font repérer par des Allemands en civil qui les capturent et Marcel, pour libérer son chef de réseau tue à bout portant celui qui le retient. En réponse aux questions hors caméra de Dartevelle, il livre par bribes ces vieux souvenirs de combattant de l’ombre, avec ci et là un petit ricanement gêné. On sent le poids de ces émotions enfouies depuis tant d’années. Son fils et sa fille viendront dire comme ils n’ont pas su lui arracher le récit de ces courtes mais denses deux années de combat clandestin contre l’occupant nazi. Mais la caméra de Dartevelle et de son cadreur Michel Techy ont su capter ces rares confidences où les silences profondément enfouis pèsent aussi lourds que les mots. Comme en écho à ces silences, le cinéaste entrelarde les morceaux d’interviews, bien sûr, de photos d’époque en noir et blanc, de Marcel Duhen, de membres de sa famille et de ses compagnons de résistance. Mais surtout de longs plans de coupe en couleurs dans les jardins coquets et les rues calmes de ces quartiers du Watermael-Boitsfort de 1995 où roule nonchalamment une jeune femme en robe imprimée, comme une évocation silencieuse de ces estafettes féminines qui transportaient victuailles et munitions aux clandestins qu’elles abritaient. Ces images comme volées, ne sont qu’un fragment du talent de ce réalisateur et grand reporter, pétri d’humanité et d’idéal social, disparu en 2015 après avoir tourné en Belgique et à travers le monde plus de 150 reportages et documentaires qui constituent une mosaïque vivante et irremplaçable de la société dans la seconde moitié du 20ème siècle. Nota Bene : En apothéose de cette œuvre mémorielle, André Dartevelle réalisera en 2014 un diptyque de 4h26’ aussi poignant que brillant, Trois Journées d’Août 1914, sur le tragique massacre dans les murs de la cité de Dinant de 674 civils dont femmes et enfants, fusillés sans raison ni pitié par les troupes allemandes dans les premiers jours de la Première Guerre Mondiale. Cent ans après l’horreur, André Dartevelle recueille des témoignages bouleversants des descendants de ces familles endeuillées qui gardent jusqu’à ce jour les traces de ces crimes. À voir absolument.

Contactez-nous par mail à info@imaj.be ou par téléphone au 02 344 86 69 pour connaître la disponibilité de ce film.