film

FELIX NUSSBAUM

Titre Original FELIX NUSSBAUM
Titre traduit
Réalisateur CHAGOLL
Lydia
Distribution
Production Chagoll
Lydia
Année 2017
Format 2 DVD
Durée 75′
Langue Fr.
Musique
Distinction
Interprètes
Résumé Auschwitz est la dernière adresse du peintre polyvalent Felix Nussbaum (1904-1944). Après la guerre, il tombe complètement dans l’oubli. Une grande partie de ses tableaux, enlevés de leur cadre, se retrouvent relégués dans des caves, ou entre les mains de propriétaires privés. Grâce à des amateurs d’art à travers le monde, l’œuvre de Felix Nussbaum a été retrouvée et est aujourd’hui à nouveau admirée, reconnue et identifiée à sa juste et remarquable valeur. Ce tout premier film documentaire qui lui est dédié a pour but de donner une vision la plus complète possible de son œuvre riche et variée.
Diffusion
Droit 0
Festival
Genre
Auteur du Commentaire Béatrice Godlewicz
Commentaire d’Imaj “Si je meurs, ne laissez pas mes peintures sombrer avec moi, montrez-les aux hommes. ” Lydia Chagoll a réalisé le vœu de Felix Nussbaum (1904-1944), peintre inconnu pendant plusieurs décennies, en lui redonnant vie à travers ce documentaire. Ces paroles, Felix Nussbaum les a écrites lorsque se trouvant dans cette Belgique occupée par les Nazis, il se savait une proie pour la machine génocidaire. La Belgique n’aura pas été une terre d’asile pour lui et sa compagne, Felka Platek. Tous deux ont été dénoncés, internés à la caserne Dossin pour terminer leur vie à Auschwitz en 1944. Lydia Chagoll avec son compagnon Franz Buyens dans la vie et dans le travail a égrené des films nombreux sur la deuxième guerre mondiale, l’homosexualité, le racisme, le fascisme, les injustices de tout ordre. Lorsque Frans Buyens est décédé, elle a poursuivi ce travail militant. Ce documentaire sur Felix Nussbaum, à ce jour unique, entre parfaitement dans cette grande oeuvre cinématographique de plus de 70 films réalisés à deux ou seule sur l’oppression, les périodes d’anéantissement qui ont traversé le XXème siècle. Cette sensibilité aux malheurs du monde, Lydia Chagoll la doit au fait que sa famille a également fui les Pays-Bas pour les mêmes motifs que Felix Nussbaum : tenter d’échapper à la menace d’extermination qui pesait sur les Juifs d’Europe. Le film se présente de façon linéaire. On y parcourt, de tableau en tableau, la vie de l’artiste depuis son enfance à Osnabrück en Allemagne. Quelque 200 tableaux ont été retrouvés grâce à la persévérance de propriétaires privés et rassemblés depuis 1998 dans la “Felix Nussbaum Haus” à Osnabrück. Ces tableaux se révèlent être ceux d’un peintre influencé par de nombreux peintres européens, autant par un Van Gogh, un De Chirico que par un Edgard Tytgat. Ils sont aussi les témoins du monde juif, qui l’a vu naître, de la peur et de l’horreur de ce qui se déroule durant la Seconde Guerre mondiale. Ils sont analysés par la réalisatrice avec finesse et justesse. Lydia Chagoll nous donne accès au monde intérieur de Felix Nussbaum, à ses états d’âme, à son sentiment de solitude et aux errances avec sa compagne Felka Platek, elle aussi peintre. Ce film est idéal à projeter dans les classes, il retrace une partie de l’histoire européenne, la montée au pouvoir de Mussolini et celle d’Hitler et permet à travers l’art d’appréhender un moment crucial et un tournant de l’histoire. Pour ceux qui veulent en savoir plus : https://www.auschwitz.be/images/_expertises/2018-weyssow-chagoll.

Contactez-nous par mail à info@imaj.be ou par téléphone au 02 344 86 69 pour connaître la disponibilité de ce film.